Technologie

Dans un avion de passagers, 100 % des émissions sont durables

Dans le cas d'un avion de ligne, toutes les émissions sont respectueuses de l'environnement

Une première étude mondiale sur l’impact du carburant aviation durable (SAF) à 100 % sur les deux moteurs d’un avion de ligne commercial a fourni des premiers résultats prometteurs.

Dans une première mondiale, le SAF a été testé dans les deux moteurs d'un avion commercial, avec des résultats encourageants.
Un faucon DLR dans le sillage des émissions de l’Airbus A350 – AIRBUS/S. RAMADIER

L’étude ECLIF3, à laquelle participent Airbus, Rolls-Royce, le Centre aérospatial allemand (DLR) et le producteur de SAF Neste, marque la première fois que du SAF à 100 % a été mesuré simultanément sur les deux moteurs d’un avion de ligne, en l’occurrence un Airbus A350 équipé de moteurs Rolls-Royce Trent XWB.

Les essais d’émissions en vol et les essais au sol associés dans le cadre du programme ECLIF3 ont commencé plus tôt cette année et ont récemment repris. L’équipe interdisciplinaire, qui comprend également des chercheurs du Conseil national de recherches du Canada et de l’Université de Manchester, prévoit de publier ses résultats dans des revues spécialisées d’ici la fin de l’année prochaine et en 2023.

Selon un communiqué du DLR, les résultats de l’étude soutiendront les efforts en cours chez Airbus et Rolls-Royce pour que le secteur de l’aviation soit prêt à utiliser à grande échelle le PBS dans le cadre d’une initiative plus large visant à décarboniser l’industrie.

Actuellement, les avions ne peuvent fonctionner qu’avec un mélange à parts égales de PBS et de carburéacteur classique, mais les deux entreprises soutiennent les efforts visant à certifier l’utilisation à 100 % du PBS.

En avril, l’A350 a effectué trois vols au-dessus de la mer Méditerranée, suivi d’un avion Falcon chase du DLR, afin de comparer les émissions en vol du kérosène et du carburant durable HEFA (hydroprocessed esters and fatty acids) de Neste. L’équipe a également effectué des tests de conformité en utilisant 100 % de SAF et aucun problème opérationnel n’a été rencontré.

Un tiers de l’impact climatique du transport aérien est dû au dioxyde de carbone, tandis que deux tiers sont dus à des effets autres que le dioxyde de carbone. Les traînées de condensation et les nuages de cirrus qui en résultent sont les facteurs les plus importants.

Les moteurs d’avion émettent des particules de suie, qui agissent comme des noyaux de condensation de petites gouttelettes d’eau surfondues, qui gèlent immédiatement en cristaux de glace et deviennent visibles sous forme de traînées de condensation dans le ciel.

Les cristaux de glace dans les traînées de condensation peuvent persister pendant plusieurs heures dans des conditions froides et humides à des altitudes d’environ huit à douze kilomètres et former des nuages élevés, appelés cirrus de traînée de condensation.

Selon la position du soleil et les caractéristiques de la surface du sol sous-jacente, ces nuages peuvent avoir un effet de réchauffement ou de refroidissement localisé. De nombreuses recherches ont montré que, globalement, l’effet de réchauffement prédomine.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de MondeInfos.com. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
MondeInfos