Santé

Une épidémie de grippe porcine tue neuf personnes au Maroc

L'inquiétude grandit face à 9 décès dus à la grippe porcine au Maroc

Une épidémie de grippe porcine au Maroc a fait neuf morts la semaine dernière, a annoncé samedi le ministre de la Santé du royaume.

H1N1 : une épidémie de grippe porcine tue 9 personnes au Maroc

Le Maroc enregistre 9 décès dus à la grippe porcine en 5 jours. L’OMS a déclaré que le virus H1N1 était la première pandémie de ce siècle en raison de sa propagation géographique rapide.

Le ministre marocain de la santé, Anass Doukkali, a voulu envoyer un message de réconfort et faire oublier les neuf décès dus à la grippe porcine (H1N1) enregistrés dans le pays voisin au cours des cinq derniers jours.

Le premier de ces décès a eu lieu à Casablanca le 29 janvier. Cinq jours après le décès d’une femme marocaine enceinte de 34 ans, le nombre total de décès est passé à neuf. Dans ces cas, s’il est dangereux d’être alarmiste, il est encore pire d’être confiant. Si le Maroc admet neuf morts, cela pourrait être plus. Ou pas. Nous ne savons pas.

Cependant, le ministre marocain de la santé affirme que la situation dans son pays est normale car si 80 % des cas de grippe enregistrés dans ses hôpitaux sont de type H1N1, ce chiffre se situe dans les limites que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère comme normales.

La grippe porcine a été découverte en Amérique du Nord au printemps 2009, lorsque le virus a muté du porc à l’homme. En juin de cette année-là, deux mois seulement après sa détection, l’OMS avait déjà déclaré qu’il s’agissait de la première pandémie de ce siècle en raison de sa rapide propagation géographique.

Le ministre a également tenté de rassurer la population et de minimiser le danger du virus, rappelant que « la situation épidémiologique au Maroc est similaire à celle enregistrée au niveau international.

La population à risque est toujours la même : les femmes enceintes, les enfants de moins de 5 ans, les personnes de plus de 65 ans et les personnes souffrant de maladies chroniques.

M. Jalfi a souligné qu’il existe 375 centres de santé dans tout le pays pour surveiller la situation épidémiologique et a insisté sur l’importance de la vaccination pendant cette période de grippe virale, en lançant un appel spécifique aux personnes les plus exposées (enfants, personnes âgées et femmes enceintes).

Sur un total de 58 cas d’infection respiratoire aiguë sévère (SARI), pris en charge par les hôpitaux publics et les cliniques privées et testés positifs pour le sous-type A (H1N1), 15 patients sont complètement rétablis, 32 sont toujours sous traitement et 11 autres patients sont décédés, a déclaré le ministère de la Santé dimanche.

Les cas mortels sont dus à des complications liées à au moins un facteur de vulnérabilité, à savoir la grossesse, les maladies chroniques, la vieillesse et le très jeune âge, a déclaré le ministère marocain dans un communiqué.

Ces cas sont répartis sur plusieurs provinces du Royaume du Maroc avec quatre cas à Casablanca, trois à Tanger et un cas dans les villes de Rabat, Fès, Tantan et Azilal respectivement, ajoute la même source.

Forte fièvre, toux, maux de tête, douleurs musculaires, …

Le virus H1N1 a été découvert en avril 2009 en Amérique du Nord et a été déclaré le 11 juin de cette année-là comme la première pandémie du 21e siècle en raison de sa rapide propagation géographique et des craintes qu’il a suscitées parce qu’il s’agissait d’un virus inconnu avec la possibilité de muter.

Les symptômes de cette grippe, une variante de la souche traditionnelle H1N1 qui a muté du porc à l’homme, sont des fièvres fortes et soudaines, de la toux, de graves maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires, une irritation des yeux et un écoulement nasal.

Une épidémie majeure de grippe H1N1 a déclenché une alerte pandémique de l’Organisation mondiale de la Santé en juin 2009. Elle a tué environ 18 500 personnes dans 214 pays avant que l’alerte ne soit levée en août 2010.

À lire sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité