Technologie

JingPad A1, la première tablette Linux grand public au monde

Le JingPad A1 est la première tablette du projet JingLing, qui développe JingOS. Il s’agit d’un système d’exploitation basé sur Ubuntu et doté d’une interface très similaire à celle utilisée dans l’iPad d’Apple, utilisant le logiciel KDE à l’intérieur, comme son Plasma Mobile.

Le JingPad A1 est la première tablette du projet JingLing, qui développe JingOS

Au cours des dernières années, les smartphones compatibles avec les logiciels libres et fonctionnant avec des systèmes d’exploitation Linux ont suscité un grand intérêt. Cependant, en janvier dernier, une startup chinoise est apparue presque de nulle part avec une proposition curieuse, la JingPad A1, qui se présente comme la première tablette Linux grand public au monde.

Il s’agit d’une affirmation audacieuse, car il y a déjà eu d’autres tentatives auparavant, comme les Nokia N800 et N810, deux tablettes autoproclamées qui fonctionnaient déjà sous Linux. Même s’il est vrai qu’en raison de leur taille et de leur expérience d’utilisation, il aurait peut-être été plus pratique de les classer dans la catégorie des ordinateurs portables de poche.

Bien qu’en plus de sa taille, la principale différence viendra de la présence du système d’exploitation préinstallé JingOS, qui, comme la société chinoise elle-même l’a partagé, est présenté comme un mélange de la fonctionnalité normale de Linux sur le bureau, avec une nouvelle expérience utilisateur axée sur ce facteur tactile, avec une interface très similaire à celle de l’iPadOS.

Spécifications du JingPad A1

Alors que Jingling a déjà partagé la plupart des spécifications du JingPad A1, avec les détails offerts par TuxPhones, nous pouvons déjà former une image complète de cette tablette. En commençant par l’extérieur, nous trouverons un écran AMOLED 2K de 11 pouces, avec un ratio écran/corps de 90% grâce à l’inclusion de bords assez petits, et qui cachera un tireur frontal de 8MP.

Le JingPad A1 est la première tablette du projet JingLing, qui développe JingOS

Pour ce qui est du reste de son design, on remarque l’utilisation d’un panneau arrière en verre Corning Gorilla Glass, sur lequel reposera uniquement son appareil photo principal de 16MP, discrètement situé dans l’un de ses coins.

Ainsi, il devrait fonctionner sur un processeur ARM Unisoc Tiger à huit cœurs avec prise en charge des réseaux 4G et 5G, accompagné de 6 Go de RAM et 128 Go de stockage, et d’une grosse batterie de 8 000 mAh, pour l’instant sans aucun type de système de charge rapide annoncé, qui nous promet une autonomie allant jusqu’à 10 heures d’utilisation continue.

Enfin, elle souligne également la présence d’accessoires tels qu’un clavier amovible, qui ajoutera au JingPad A1 des fonctions de convertibilité 2-en-1.

Elle constitue donc une alternative intéressante à la PineTab, l’une des rares tablettes basées sur Linux actuellement disponibles, qui vise davantage le segment des développeurs que l’expérience complète du consommateur.

Toutefois, si pour l’instant le JingPad A1 lui-même et JingOS semblent très prometteurs, il reste à savoir si le résultat final sera en mesure de répondre à toutes ces attentes, et surtout, quand. Et c’est que la startup n’a encore révélé aucun détail sur la disponibilité de cette tablette, sans connaître les prix ou les éventuelles dates de disponibilité.

Il est donc fort probable qu’une fois qu’ils auront décidé d’aller de l’avant avec la production en série, nous verrons une sorte de campagne de crowdfunding annoncée sur leur site officiel.

Compatible avec les applications Android

Dans ce qui précède, plusieurs éléments attirent mon attention, comme la RAM ou les caméras, mais ce qui m’intéresse le plus, c’est qu’il prendra en charge les applications Android. JingLing n’a pas fourni plus de détails à ce sujet, mais il semble qu’ils ont réussi à inclure par défaut quelque chose lié à Anbox afin que votre JingOS puisse exécuter des applications du système mobile de Google.

Et, en théorie, une tablette comme celle-ci, avec ces spécifications, avec une interface aussi soignée et capable d’exécuter des applications Android semble trop belle.

Le JingPad A1 coûtera…

Il y a encore des choses à savoir, et la société les révélera en juin. Un mois avant, en mai, ils nous diront à quel prix nous pourrons réserver et acheter le JingPad A1. Si vous êtes intéressé, vous devez vous abonner à ce lien. La page où il est promu le vend très bien, c’est-à-dire qu’il dépeint tout comme s’il s’agissait de la meilleure option sur le marché, mais nous devons rester sceptiques.

En partie parce que tout ce qu’ils disent n’est pas vrai : ce n’est pas la première tablette Linux qui inclut un clavier que l’on peut démonter, ni, bien qu’elle l’inclue par défaut, la première compatible avec un stylet. Nous ne connaissons pas non plus les performances qu’il offrira.

Dans tous les cas, l’avenir de Linux sur les tablettes est prometteur. Croisons les doigts pour que les développeurs n’abandonnent pas leurs projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Dernières actualités de la France et du monde

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité