Société

L’OCU met en garde contre une « tromperie massive » dans le miel des supermarchés

L'OCU lance une mise en garde contre la fraude généralisée dans le miel de supermarché

Le COAG et l’OCU demandent à l’Union européenne et au gouvernement de modifier la réglementation existante sur l’étiquetage et l’origine de ce produit afin d’éviter d’éventuelles fraudes.

L'OCU met en garde contre la tromperie généralisée du miel de supermarché
L’OCU lance une mise en garde contre la fraude généralisée dans le miel de supermarché.

La réglementation européenne établit l’obligation d’indiquer l’origine du miel, et en décembre 2020, une réglementation nationale est entrée en vigueur en Espagne qui établit l’obligation d’indiquer le pays d’origine spécifique du miel sur tout le miel qui est emballé en Espagne.

La Coordinadora de Organizaciones de Agricultores y Ganaderos (COAG) et l’Organización de Consumidores y Usuarios (OCU) ont dénoncé une « tromperie massive » du consommateur.

Les produits peuvent indiquer le pays d’origine comme étant le pays dans lequel ils ont subi la dernière transformation. Ainsi, si le miel d’un pays (par exemple, le miel de Chine) est mélangé au miel d’un autre pays (dans une proportion de plus de 50 %), il obtient cette nouvelle « nationalité ».

Une autre possibilité est de mélanger plusieurs sortes de miel et si aucune d’entre elles n’atteint 50%, de déclarer le pays d’origine comme étant celui où le mélange a été fait. Il en va de même si le miel est chauffé ou subit une transformation ou un traitement justifié ; le lieu où cette transformation a eu lieu devient le pays d’origine.

En novembre, le secteur apicole du COAG et l’Organisation des consommateurs et des utilisateurs (OCU) ont présenté une enquête exhaustive sur « l’enchevêtrement législatif » créé par les institutions de l’UE et des États pour faciliter le masquage « légal » de l’origine réelle du miel.

L’enquête révèle comment il est possible que la mention « Origine Chine » ait disparu des étiquettes de miel des principaux opérateurs du secteur et des chaînes de distribution, alors que 30 % des importations qui entrent dans notre pays chaque année proviennent directement de ce pays asiatique.

L’évolution du flux de miel en Espagne depuis 2016 (baisse significative des importations de miel en provenance de Chine et augmentation des importations de miel en provenance du Portugal) a conduit le COAG à revoir les critères sur la base desquels un produit importé par un opérateur européen acquiert son origine (d’autant plus que le flux d’importation de miel en provenance d’Espagne a de nouveau connu des évolutions significatives au cours de l’année 2021).

Le Portugal est devenu le principal fournisseur de miel en 2020 (6 698 tonnes, soit 21% des importations totales cette année-là). Au cours des premiers mois de 2021 (janvier-août), il a continué à représenter 13% des importations espagnoles.

Pour sa part, la Chine était le deuxième fournisseur de miel en 2020 (4 770 tonnes, 15 % des importations totales cette année-là) et, entre janvier et août 2021, elle a continué à être notre deuxième fournisseur de miel (15 % des importations totales).

Cependant, le COAG a vérifié dans les supermarchés que les origines chinoise et portugaise ont disparu des étiquettes et se demande où sont ces milliers de tonnes de miel. Le miel récolté en Chine et importé par un opérateur portugais, qui est mélangé (et, le cas échéant, chauffé) avec du miel récolté en Espagne, peut acquérir l’origine espagnole si plus de 50% en poids du mélange final est du miel récolté en Espagne.

L’OCU rappelle que la détermination analytique de l’origine du miel se fait par l’analyse du pollen présent et donc par l’identification de la flore présente dans la zone de récolte et donc de l’origine. Si le miel est soumis à une ultrafiltration, le pollen est éliminé et il devient impossible de déterminer analytiquement, du moins pour le moment, l’origine botanique du miel, dont les résultats seront falsifiés, puisque le miel ultrafiltré sera invisible quant à son origine.

Les données produites par l’enquête amènent ces organisations à conclure que les opérateurs espagnols pourraient profiter de la réglementation pour masquer la véritable origine du miel commercialisé en Espagne.

Nous ne pensons pas qu’ils commettent une quelconque illégalité ; nous pensons que l’application des règlements européens et nationaux analysés la facilite », a déclaré Pedro Loscertales, responsable du secteur apicole au COAG.

En outre, nous interprétons que la Chine a disparu des étiquettes du miel commercialisé dans notre pays parce que le miel qui continue aujourd’hui à entrer en Espagne en provenance du géant asiatique passe par d’autres pays de l’UE (Portugal et Roumanie) où il est transformé et acquiert une nouvelle origine : « Origine Espagne ».

Face à cette situation, le COAG et l’OCU demandent à l’Union européenne et au gouvernement espagnol de modifier la réglementation sur l’étiquetage et l’origine du miel afin d’éviter la tromperie massive présumée des consommateurs, tout en demandant aux autorités compétentes d’ouvrir une enquête afin de déterminer d’où vient ce pourcentage important de miel chinois qui entre chaque année en Espagne et qui n’apparaît pas sur les étiquettes.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de MondeInfos.com. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
MondeInfos