Politique

Trump refuse de dire s’il acceptera le résultat de l’élection : « Ça dépend ».

Dans une interview sur Fox News, Donald Trump, le président américain a répété hier le scénario de sa promotion électorale pour 2016.

Trump refuse de dire s'il acceptera le résultat des élections : "Cela dépend"
Trump refuse de dire s’il acceptera le résultat des élections : « Cela dépend »

Donald Trump a répété hier le scénario de son ascension électorale de 2016 et a évité de dire s’il acceptera le résultat des urnes lors de la nomination du 3 novembre prochain, dans laquelle sa réélection à la présidence des États-Unis est en jeu :

« Cela dépend », a-t-il déclaré dans une interview à Fox News, au moment où la crise sanitaire et économique provoquée par la pandémie de Covid-19 a fait décoller dans les sondages son rival, le démocrate Joe Biden.

« Je pense que le vote par correspondance va truquer l’élection », a-t-il répété à propos d’une formule de vote que de nombreux États envisagent d’étendre face à la contagion.

C’était une interview combative, avec un journaliste, Chris Wallace, qui a corrigé et contextualisé les affirmations souvent fausses du président.

Par exemple, lorsqu’il a insisté sur le fait que les sondages montrent que, pour l’instant, il perd contre le candidat démocrate.

« Je ne perds pas, ces sondages sont faux. Ils l’étaient en 2016 et ils le sont encore plus maintenant », a-t-il répondu. La dernière publication en date est celle de l’ABC et du Washington Post, qui accorde à Biden un soutien de 55 %, contre 40 % pour Trump, soit cinq points de plus qu’en mai, lorsque la pandémie semblait s’atténuer, et 13 points de plus qu’en mars, lorsqu’elle commençait à peine à se faire sentir.

D’autres sondages réalisés ces derniers jours montrent un écart similaire, notamment ceux de Fox News, qui ne peut être accusé de préjugés contre le président.

M. Trump a cependant déclaré qu’il était « parmi les pires » et qu’il avait vu des sondages qui lui donnaient un gagnant.

Trump a de nouveau attaqué les capacités cognitives de son rival électoral et a déclaré que Biden est « mentalement malade », qu’il n’est « pas compétent pour être président » et qu’il « ne sort même pas de sa cave », en référence à l’enfermement qui a maintenu Biden pendant des semaines dans son manoir du Delaware.

Situation de Covid-19

La réaction de Wallace à un sondage de la Fox a été que Biden était le mieux préparé mentalement des deux candidats et Trump a répondu par un test cognitif qu’il avait passé avec succès au début du mois.

L’interviewer a noté que l’une des questions du test avait trait à l’identification de l’image d’un éléphant. « Oui, les premières questions sont faciles, mais je parie que vous n’avez pas pu répondre aux cinq dernières », a déclaré M. Trump.

L’un des échanges les plus difficiles a porté sur les chiffres de la pandémie, qui a accumulé plus de 3,7 millions de cas et vient de franchir le seuil des 140 000 décès.

M. Trump et son administration affirment que le pic de ces dernières semaines – avec une forte incidence dans des États tels que la Floride, le Texas et la Californie – est dû au grand nombre de tests effectués aux États-Unis.

Au vu de la croissance également du nombre de décès – avec une douzaine d’États enregistrés cette semaine – M. Trump a assuré que les États-Unis « ont l’un des taux de mortalité les plus bas du monde ».

« Ce n’est pas vrai, monsieur », a répondu Wallace, qui l’a informé que les États-Unis ont le septième plus haut taux de mortalité par Covid-19. Trump a demandé à son attachée de presse, Kayleigh McEnany, de lui remettre une carte défendant sa position.

Le document inclut deux pays ayant des taux de mortalité plus faibles – le Brésil et la Corée du Sud – mais pas d’autres pays ayant des taux plus faibles. Lorsque Wallace l’a interrogé sur l’augmentation actuelle du nombre de décès, Trump a changé de ton et a rejeté la faute sur la Chine.

Il n’a pas non plus eu de bons mots pour les experts médicaux de la Maison-Blanche : il a qualifié d' »alarmiste » Anthony Fauci, l’expert de son gouvernement en matière de maladies infectieuses, et a déclaré qu’il s’était trompé à plusieurs reprises au début de la crise.

Lorsque l’interview a abordé les questions raciales, M. Trump a insisté pour ne pas attaquer le drapeau confédéré, qui est considéré comme un symbole raciste, mais qui soutient une partie de sa base électorale.

« Quand les gens arborent fièrement le drapeau confédéré, ils ne le font pas par racisme », a-t-il défendu. « Ils aiment leur drapeau, il représente le Sud. »

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de MondeInfos.com. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
MondeInfos