Santé

Le virus de la grippe porcine découvert, mûr pour une nouvelle pandémie

L'autre mauvaise nouvelle est qu'un nombre relativement élevé de travailleurs qui ont des contacts réguliers avec les porcs ont été infectés

Des chercheurs en Chine ont découvert une nouvelle souche du virus de la grippe porcine avec toutes les caractéristiques capables de provoquer une future pandémie, selon une étude publiée lundi dans la revue scientifique américaine PNAS.

Grippe porcine : le virus s'est donc déjà propagé à l'homme, selon les scientifiques, mais rien ne prouve qu'il puisse être transmis d'homme à homme.

Le virus est appelé G4 et descend génétiquement de la souche H1N1 qui a provoqué une pandémie en 2009 : « Il possède toutes les caractéristiques essentielles qui montrent une grande adaptabilité pour infecter les humains », écrivent les auteurs, des scientifiques d’universités chinoises et le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.

Le travail présenté est volumineux : de 2011 à 2018, 30 000 échantillons de frottis nasaux ont été prélevés sur des porcs dans des abattoirs de 10 provinces chinoises et dans un hôpital vétérinaire, permettant l’isolement de 179 virus de la grippe porcine.

Qu’est-ce que la grippe H1N1, la grippe A ou la grippe porcine ?

La plupart étaient de la nouvelle variété, qui est devenue dominante chez les porcs depuis 2016.

A partir de là, les chercheurs ont mené plusieurs expériences en laboratoire sur des furets, animaux largement utilisés dans la recherche sur la grippe car leurs symptômes sont comparables à ceux de l’homme : ils ont de la fièvre, toussent et éternuent.

Ils ont observé que les virus G4 étaient plus infectieux, se répliquant dans les cellules humaines et provoquant des symptômes plus graves chez les furets que les autres souches.

En outre, des tests in vitro ont montré que l’immunité obtenue après un contact avec des virus humains de la grippe saisonnière ne protège pas contre le G4.

L’autre mauvaise nouvelle est qu’un nombre relativement élevé de travailleurs qui ont des contacts réguliers avec les porcs ont été infectés, 10,4%, selon les tests sanguins qui ont détecté la présence d’anticorps au virus.

En outre, voici les symptômes de la grippe H1N1

4,4 % de la population générale semble également être infectée.

Le virus s’est donc déjà propagé à l’homme, selon les scientifiques, mais rien ne prouve qu’il puisse se transmettre d’homme à homme. C’est précisément leur crainte actuelle.

« Les pandémies surviennent lorsque les virus de la grippe A avec un nouvel antigène de surface HA deviennent capables de se transmettre d’homme à homme », concluent les chercheurs.

« L’inquiétude est que les infections humaines par les virus G4 ne conduisent pas à une adaptation humaine et augmentent le risque d’une pandémie humaine.

Il est urgent, disent-ils, de mettre en place une surveillance des populations travaillant en contact avec les porcs.

« L’étude est un rappel salutaire que nous sommes constamment exposés au risque d’émergence de pathogènes zoonotiques et que les animaux de ferme, avec lesquels les humains ont plus de contacts que les animaux sauvages, sont à l’origine de virus pandémiques majeurs », a déclaré James Wood, chef du département de médecine vétérinaire de l’université de Cambridge.

Interrogé sur ce virus, un porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères a déclaré, lors d’une conférence de presse régulière mardi, que la Chine « accorde une attention particulière à son développement » et prendra les mesures nécessaires pour contenir sa propagation.

À lire sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité