Sport

Le Wolverhampton met un prix sur Adama Traoré

Le 23 novembre 2013, le jeune Adama Traoré (25/01/1996) a fait ses débuts au FC Barcelone avec Tata Martino, lors d’un match contre Grenade (4-0), jouant un peu plus de sept minutes à ses 17 ans et 302 jours.

Adama Traoré, prêt à faire le grand saut

L’équipe anglaise est consciente qu’elle a un joyau entre les mains et s’attend à recevoir une somme énorme pour celui-ci.

Wolverhampton possède dans son effectif l’une des plus grandes sensations de la saison de Premier League, car l’explosion d’Adama Traore a été ressentie dans tous les grands championnats d’Europe.

L’ailier espagnol a réalisé des performances impressionnantes cette saison et de nombreux grands clubs ont souhaité le prendre en charge sur ce marché des transferts, bien que le club anglais ait clairement indiqué qu’il ne le laisserait pas partir à tout prix.

Selon le Sunday Times, Wolverhampton n’est pas disposé à faciliter le départ du joueur espagnol et aurait évalué son départ à environ 135 millions de livres sterling (150 millions en échange), un chiffre qui servira à aliéner tous les clubs qui essayaient de le faire sortir du club sur ce marché des transferts.

L’un des clubs les plus intéressés par Adama ces derniers mois est le Manchester City, qui vient de vendre à Leroy Sané et pourrait utiliser les recettes de l’allemand pour faire une offre sur l’ancien joueur du FC Barcelone.

Bien que la ville ne soit pas la seule à s’intéresser à Adama Traoré, puisque Liverpool et Manchester United s’intéressent aussi de près à ce puissant joueur.

Le footballeur a signé l’une de ses meilleures saisons grâce à son énorme puissance physique qui le place parmi les plus forts footballeurs du monde et lui permet de battre ses rivaux.

Le joueur a disputé 51 matches officiels cette saison où il a réussi à marquer six buts et à distribuer 12 passes, étant l’un des meilleurs joueurs du club, c’est pourquoi ils ne veulent en aucun cas le quitter.

Adama Traoré, prêt à faire le grand saut

Adama Traoré

Il a remplacé Neymar et a eu le temps et l’impudence de générer un jeu de danger à la Juan Palomo : du côté gauche, il s’est enfui avec un vélo de Nyom et Fran Rico, a marché sur la zone et avec un Roberto droit en poche, il a soulevé le public du Camp Nou de leurs sièges.

Ses débuts prometteurs contrastent avec un avenir qui l’attend avec des échecs et des succès loin de La Masia, où il est arrivé à l’âge de 8 ans. Né à L’Hospitalet de Llobregat et Fils de parents maliens, après des débuts passionnants, il ne s’est guère montré à nouveau dans la première équipe.

Ainsi, après s’être distingué dans une filiale qui jouait alors dans la deuxième équipe, il n’a pas sourcillé lorsqu’il a accepté d’aller chez Aston Villa, qui a payé 10 millions pour ses services en 2015.

Cependant, son séjour à Villa Park a été de courte durée et loin des attentes générées par son propre entraîneur, Tim Sherwood, qui l’a comparé à Messi et Cristiano Ronaldo.

Mais les blessures ont entaché la période infâme d’Adama Traore, qui, malgré des débuts intéressants – il a marqué le but contre son camp de Crystal Palace – a terminé avec une douzaine de participations et quelques passes décisives qui n’ont cependant pas empêché Aitor Karanka de Middlesbrough de frapper à sa porte à la fin du marché des transferts de 2016.

Son transfert était une volonté expresse de l’entraîneur espagnol qui, dit-on, changeait de tenue pendant les matches pour le garder près de lui et lui donner des instructions tactiques, sa principale faute selon Rémi Garde, qui l’a dirigé à Birmingham après l’exclusion de Sherwood.

Au Boron, sa performance était plus optimale grâce aux blessures qui le respectaient, mais après être descendu avec Aston Villa, il a fait de même avec le Riverside Stadium, bien qu’il ait offert le meilleur taux de dribbles en Europe, devant Hazard ou même Neymar.

Dans le championnat, il est parti et a fini par devenir, à l’été 2018, la signature la plus chère de l’histoire – à l’époque – des Wolverhampton Wanderers, qui ont payé 20 millions pour l’ailier espagnol.

Sous la direction de Nuno Espirito Santo, il a grandi à pas de géant, plus ou moins comme son apparence physique. Il reste peu de choses de cet adolescent imberbe qui a sauté au Camp Nou de la main du Tata Martino et qui a même pu jouer en Champions contre l’Ajax. Adama Traoré est aujourd’hui tout en muscles, mais bien plus encore.

C’est un footballeur fait, un des extrêmes les plus rapides du continent, qui manie les deux jambes, qui talonne la bande droite, la touche avec la gauche et la centre avec la droite, qui sert des ballons à Raúl Jiménez pour que le Mexicain les transforme en but et qui charge facilement sa jambe droite comme un canon pour tirer des obusiers.

Cette saison a été, sans aucun doute, celle de sa consécration en Premier League, distribuant 9 passes décisives et marquant 4 buts.

Ces chiffres et son travail acharné lui ont valu un appel de La Roja (bien qu’il n’ait pas pu faire ses débuts en raison d’une blessure) et ont fait que son nom est lié à de nombreux grands du Vieux Continent.

Bien que certains pensent que, peut-être loin du comté de Staffordshire, les choses ne se passeront pas si bien pour lui, l’étape inévitable pour sa progression ne devrait être autre que de chercher un plus grand défi.

Adama s’est amélioré à tous les égards depuis qu’il a quitté la discipline du culé, où il montrait déjà des pistes avec ses débuts en équipe première, et il est tout à fait naturel que Liverpool, Manchester City, United et la Juventus, entre autres, l’aient inscrit à leur programme pour l’avenir.

Où qu’il se retrouve, ou qu’il continue avec Wolves, ce qui est indéniable, c’est que Traore est l’un des acteurs du moment. Et il fallait le dire.

Tags

À lire sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité